Le film «Planète Océan» disponible sur le Web

A l’initiative de la fondation de Yann Arthus-Bertrand, une appli permettant de choisir son poisson de manière responsable est également disponible.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, le 5 juin, GoodPlanet, la fondation de Yann Arthus-Bertrand, rend accessible sur le Web le film Planète Océan, réalisé avec Michael Pitiot, le web, ainsi qu’une application smartphone gratuite Planet Ocean pour permettre à chacun de consommer les produits de la mer d’une manière responsable.

Sur Android > http://bit.ly/PlanetOceanAppAndroid
Sur iOS > http://bit.ly/PlanetOceanAppIOS

Source : libération (03.06.14)

Un naufragé survit en s’accrochant toute une nuit à une baleine à bosse

Baleine à bosse © Roberto Rinaldi

Baleine à bosse © Roberto Rinaldi

C’est une histoire incroyable qu’a vécue un pêcheur de Madagascar. Alors que sa pirogue avait chaviré au sud de Nosy Be, le naufragé a été miraculeusement sauvé par une baleine à bosse. L’homme a survécu en s’accrochant à l’aileron du cétacé pendant toute une nuit, selon L’Express de Madagascar.

Vendredi 23 mai, Mara Beanjara se trouvait avec deux autres pêcheurs dans une pirogue lorsque celle-ci a sombré au large d’Antsaravibe Nosy Be Helville. « La pirogue à voile de ses pêcheurs s’est cassée. À la tombée de la nuit, leur embarcation a fini sous les eaux » a expliqué le commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie de Nosy Be. Mara Beanjara a alors eu la chance d’apercevoir une baleine. « J’ai cru voir comme un monticule ou une sorte d’île fugitive. Tentant le tout pour le tout, je me suis approché. Lorsque je m’y étais accroché, il s’est mis à bouger. C’est alors que j’ai réalisé que j’étais tombé sur une baleine » raconte le rescapé. Une baleine à bosse à laquelle il va s’agripper pendant près de dix-huit heures.

Le marin a finalement été repêché par l’équipage d’un cargo côtier le samedi, vers midi. « Il s’en est sorti avec de graves écorchures à la jambe. Sitôt sur la terre ferme, il a été transporté à l’hôpital de Nosy Be. En plus de ses blessures, il était très épuisé » commente le commandant. De son côté, le naufragé raconte : « Cela a été un véritable cauchemar. A un moment, je pensais que je n’allais pas m’en sortir. Tantôt la baleine plongeait en profondeur, tantôt elle jouait à la surface avec des baleineaux de sa colonie. Fort heureusement, son aileron dorsal sortait la plupart du temps à la surface ».

Quant aux deux autres pêcheurs, Bandro et Tino, ils sont toujours portés disparus.

Source : LaDépêche.fr (30.05.2014)

L’Islande chasse ses premières baleines de l’année

L’Islande vient de capturer ses deux premières baleines de l’année 2014. Il s’agit de rorquals communs, une espèce protégée et considérée comme menacée par la communauté internationale.

 L'Islande et la Norvège défient un moratoire de la Commission baleinière internationale (CBI) sur la chasse à la baleine à des fins commerciales. (Halldor Kolbeins / AFP)


L’Islande et la Norvège défient un moratoire de la Commission baleinière internationale (CBI) sur la chasse à la baleine à des fins commerciales. (Halldor Kolbeins / AFP)

Malgré les nombreuses critiques, l’Islande n’abandonne pas la chasse à la baleine. Deux rorquals viennent d’y être capturés. Une fois arrivés au port de Hvalfjörður dans l’ouest de l’île, une centaine de personnes se sont affairées à la découpe. En une heure, les bouchers avaient terminé. La viande sera ensuite exportée au Japon.

Malgré les nombreuses critiques, l’Islande n’abandonne pas la chasse à la baleine. Deux rorquals viennent d’y être capturés. Une fois arrivés au port de Hvalfjörður dans l’ouest de l’île, une centaine de personnes se sont affairées à la découpe. En une heure, les bouchers avaient terminé. La viande sera ensuite exportée au Japon.

Les rorquals communs sont une espèce protégée et considéré comme menacée par la communauté internationale. Mais l’Islande et le Japon s’opposent à l’appartenance du deuxième plus grand mammifère marin à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

40% de la viande de baleine consommée par des touristes

L’Islande et la Norvège sont les deux pays qui défient ouvertement un moratoire de la Commission baleinière internationale (CBI) sur la chasse à la baleine à des fins commerciales. Le Japon, lui, dit chasser la baleine à des fins scientifiques, ce qui lui vaut d’être poursuivi devant la Cour internationale de Justice de La Haye.

Tandis que Reykjavik estime harponner un nombre raisonnable d’animaux, Washington l’accuse d’avoir « provoqué la quasi-extinction » du rorqual commun. En Islande aussi le débat fait rage entre les défenseurs de la tradition qui ne voient pas pourquoi l’Islande devrait s’incliner. Et ceux qui défendent l’image de l’Islande à l’étranger ou l’industrie de l’observation de la baleine. Dans les assiettes islandaises, le débat n’est plus aussi passionné puisque la consommation de viande de baleine ne cesse de diminuer. 40% de la viande de baleine pêchée y est consommée par des touristes, et une partie est exportée vers le Japon.

Source : BFMTV (26.06.14)