Les populations d’animaux marins ont diminué « de 49 % entre 1970 et 2012 »

Les populations d’animaux marins, qu’ils soient mammifères, oiseaux, reptiles ou poissons, ont chuté de moitié depuis les années 1970 du fait de la surpêche, de la pollution et du changement climatique, a averti l’organisation de défense de l’environnement WWF dans un rapport rendu public mercredi 16 septembre.

Des dauphins au large des côtes de San Pedro, en Californie, en octobre 2014. Richard Vogel / AP

« L’action de l’homme est à l’origine de ces tendances : de la surpêche et des industries extractives à l’aménagement du littoral et à la pollution, en passant par les émissions de gaz à effet de serre responsables de l’acidification océanique et du réchauffement des mers ».

Dans son rapport, le WWF se base sur son indice « Planète Vivante » des populations marines, qui mesure la tendance suivie par les populations d’animaux marins, « a enregistré une régression de 49 % entre 1970 et 2012 ». Certaines ont même vu leur effectif fondre de près de 75 %, s’alarme le WWF dont l’étude est effectuée sur une base d’observation de 5 829 populations appartenant à 1 234 espèces.

« Nous conduisons collectivement l’océan au bord du précipice »

L’indice global utilisé par le WWF masque toutefois des écarts considérables entre régions : si les effectifs sont en hausse sous les latitudes élevées (par rapport à un niveau lui-même en net retrait), ils déclinent en revanche en milieu tropical et subtropical.

Les experts mettent pourtant en garde : les récifs coralliens et prairies sous-marines pourraient disparaître du globe d’ici 2050 sous l’effet du réchauffement climatique. Or sachant que plus de 25 % de toutes les espèces marines y habitent, la perte des récifs coralliens représenterait une « extinction catastrophique, aux conséquences dramatiques sur les communautés ».

« Nous conduisons collectivement l’océan au bord du précipice », a souligné le directeur général du WWF, Marco Lambertini, dans la préface du document.

« En l’espace d’une seule génération, les activités humaines ont gravement dégradé les océans en capturant les poissons à un rythme supérieur à celui de leur reproduction et en détruisant les nourriceries ».

89 % des stocks de pêche épuisés en Méditerranée

A titre d’exemple, la mer Méditerranée est l’une des plus anciennes zones de pêche du globe et fait vivre les gens depuis des siècles. Mais elle est aujourd’hui largement surexploitée : à peu près 1,5 million de tonnes de poissons y sont prélevées chaque année et 89 % des stocks sont épuisés.

Le rapport du WWF indique aussi que les espèces essentielles à la pêche commerciale et à la pêche de subsistance sont peut-être celles subissant le déclin le plus marqué. En guise d’exemple, le rapport fait état d’un spectaculaire recul de 74 % des effectifs de la famille englobant des poissons aussi prisés que le thon, le maquereau et la bonite.

« Les décisions prises lors de la conférence mondiale pour le climat à Paris dans quelques semaines auront un impact décisif sur l’avenir des océans. Les engagements internationaux existants sont très loin de suffire à éviter des niveaux de réchauffement et d’acidification jugés désastreux pour les systèmes océaniques dont, en fin de compte, nous dépendons tous ».

Mais des solutions existent : sauvegarder et reconstituer le capital naturel marin, consommer plus raisonnablement et donner la priorité au développement durable, selon le WWF.

Source : Le Monde (16.09.15)

Une baleine à bec préhistorique a été retrouvé avec son dernier repas

Une baleine à bec Messapicetus gregarius qui vivait il y a environ 9 millions d’années, a été découvert avec des restes qui pourrait bien être son dernier repas, d’après les scientifiques. Le fossile de la baleine a été trouvé dans des roches dans le sud-ouest du Pérou l’an dernier.

 

Cuvier's beaked whale © Tim Stenton

Cuvier’s beaked whale © Tim Stenton

Paru dans la revue « The scientific » par « Proceedings of the Royal Society B. », leurs résultats montrent qu’un grand nombre de sardines ont été trouvés autour de sa tête et de sa poitrine. C’est la découverte de ces poissons qui est le plus important car ils sont censés avoir vécu près de la surface de l’océan, tout comme leurs descendants le font encore. Cela fournit de nouvelles informations sur l’évolution des baleines à bec car aujourd’hui elles vivent et s’alimentent, en général, en eau profonde. En effet, la baleine à bec de Cuvier détient le record de la plongée la plus profonde jamais enregistré par une baleine.

Les chercheurs pensent que la migration des dauphins dans les eaux côtières peu profondes ont forcé les baleines à bec de se diriger vers de plus grandes profondeurs, où ils ont prospéré.

Le rapport scientifique complet peut être lu à: http://rspb.royalsocietypublishing.org/content/282/1815/20151530

 

Source : uk.whales.org (09.09.15)
Traduit par Laurent C.

Une baleine à bosse retourne un kayak en Californie

ANIMAUX – Admirer des baleines dans leur milieu naturel est devenu l’une des attractions touristiques les plus courues en Amérique du nord. Pour autant, l’exercice n’est pas dénué de risques.

Alors que des kayakistes étaient venus observer un regroupement de baleines à bosse au large de Moss Landing, en Californie, l’une d’elles a sauté à proximité immédiate de l’une des embarcations qui emportait deux personnes. Dans la vidéo impressionnante que vous pouvez voir en haut de l’article, on peut ainsi la voir surgir brusquement des eaux, et faire tomber à l’eau le couple de kayakistes.

Les deux kayakistes étaient en pleine séance d’observation des baleines avec le tour opérateur Sanctuary Cruises, spécialisé dans cette activité.

Source : huffingtonpost.fr (15.09.15)

Adhésion 2015 – 2016

« Aqua Sciences » vous invite à nous rejoindre en 2015-2016 pour :

Le plaisir de recevoir et d’échanger de nouvelles informations sur le monde aquatique, les mammifères marins, l’environnement…via notre blog!

Mieux connaître le monde aquatique et se rendre à des rencontres, colloques, et conférences…

Participer à des actions de sensibilisation et protection de l’environnement…. (Nettoyage des rives de la Loire, par exemple)

Et aussi peut-être…vous inscrire à notre semaine d’observation des cétacés en Méditerranée saison 2016 !

Important : Pour les plongeurs, l’association « Aqua Sciences » propose aussi une formule Adhésion + Licence FFESSM + Assurance individuelle AXA Lafont .

L’équipe de « Aqua Sciences » vous remercie et vous souhaite une bonne rentrée 2015-2016 !

Si « Aqua Sciences » vous intéresse : cliquer sur ce lien pour accéder à notre bulletin d’adhésion, …